• (+86)188 222 660 53

  • contact@famesbeninchine.org

  • 1010 Avenue, Dalian, Chine

A PROPOS DE Pascal ANANI

Pascal Voltaire AHOUANSOU-ANANI est un jeune béninois au parcours exceptionnel. Agé de 25 ans, il est parti d'un projet d'études en Chine, à la création de plus d'une entreprise en Afrique. Découvrons-le !

Pascal, tu as fait des études en Chine ; pourquoi avoir choisi ce pays ?

Tout a commencé après un stage en génie civil dans une entreprise chinoise basée au Bénin. Durant la période de mon stage, j'ai été sidéré par la manière de travailler des chinois ; notament :

  • Leur engouement pour le travail; ils travaillent jours et nuits
  • Le respect strict des clauses du cahier de charge
  • Les techniques de réalisation et la technologie avancée
C'est ainsi que j'ai décidé d'aller au pays de Mao, poursuivre un master en Génie Civil dans la spécialité Ponts et Chaussées. Hélas, une fois en Chine, j'ai dû abandonner les études pour d'autres aventures

Pourquoi avoir abandonné les études ?

Plusieurs raisons m'ont poussé à tourner le dos à mon rêve, mais la principale fût le manque de moyens financiers.
J'étais au départ bénéficiaire d'une bourse d'études dont les conditions ont changé après mon arrivée en Chine. Aussi, chez nous au Bénin, un enfant à un certain âge doit pouvoir se prendre en charge ; c'est ainsi qu'après avoir étudié le mandarin pendant 2 ans, j'ai décidé de me servir de mon aptitude à parler cette langue pour me faire des sous.

Quelle audacieuse décision ! Que s'est-il donc passé ensuite ?

Une décision audacieuse oui, mais pas facile du tout car mes parents s'y opposaient.

Contre vents et marrées, je me suis mis dès Mai 2014, à rechercher du travail en ligne. Sans plus tarder, j'obtiens une opportunité d'aller travailler en tant qu'interprète dans une entreprise Chinoise basée au Gabon.

Une fois au Gabon, j'allais entammer l'aventure qui allait être la plus décisive de ma vie. J'y ai travaillé en tant qu'interpète Français-Chinois sur un projet de construction d'une usine de transformation du bois. Une fois la construction terminée, la société décide de renouveller mon contract ; ce qui me permet de rester au Gabon plus longtemps. Mes débuts étaient très difficile, car j'étais nouveau dans un environnement constitué des Gabonais qui ont une culture différente de la mienne (béninoise), et des Chinois qui au lieu du mandarin, parlaient différents dialectes locaux de Chine. Néanmoins, je me suis très vite intégré.

C'est ainsi qu'après 2 ans de travail en tant qu'interprète, fort des expériences acquises dans le domaine du bois, je décide de créer au Gabon : "LONG FEI TIMBER MANAGEMENT (LF-TIMA)", ma propre entreprise de commercialisation de bois.

"LONG FEI TIMBER MANAGEMENT" : pourquoi ce nom particulier ?

LONG-FEI, c'est mon nom chinois. J'ai décidé de l'inclure dans le nom de la société histoire de représenter le partenariat que j'entretiens avec la Chine. 'Long'(龙) signifiant dragon représente la Chine, et 'Fei'(非) de 'FeiZhou'(非洲) représente l'Afrique.

As-tu toujours eu auparavent, l'envie d'entreprendre ?

Entreprendre, j'en ai toujours eu envie ! Outre LF-TIMA, j'ai avec 2 amis, créé BATI ROAD BENIN GROUP(BRB Group) ; une entreprise de construction basée au Bénin !

Le chemin de l'entrepeuneriat est très épineux dit-on ; as-tu rencontré des difficultés ?

Des difficultés, j'en ai rencontrées de nombreuses. Parfois il s'agit de problèmes d'ordre juridique, parfois ils sont dûs à la concurrence. Aussi le financement de nos activités fût au début, un véritable casse-tête ; mais avec le sérieux et la détermination, tout est possible.

Aujourd'hui, l'entreprise comporte plus d'une vingtaine d'employés : des béninois, des gabonais et des chinois.

Quel est selon toi, l'arme ultime pour réussir ?

Chacun a sa chance mais je crois plus en l'effort, toujours rêver et surtout à un moment de sa vie, prendre certains risques et faire face aux difficultés. On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs.

Parlant de rêves, quel est ton plus grand rêve ?

Je n'ai pas pas de plus grand rêve, je rêve tous les jours de faire quelque chose de nouveau.

Un message à l'endroit de la jeunesse béninoise ?

C'est le message de tous les jours (rire) ! Les efforts, toujours les efforts, rien que les efforts.

Comment peut-on te contacter ?

Je suis joignable par email à l'adresse : lftima88@gmail.com

Un mot de fin ?

Je profite de l'occasion pour remercier ma mère qui ne cesse de me conseiller. Je remercie aussi Luc Amouzoun, Fabrice Atacus, Vanessa Afiavi tous des anciens étudiants en Chine et bien d'autres qui m'ont soutenu dans les moments difficiles.

Je remercie également la FAMES BENIN CHINE pour tout ce qu'elle fait à l'endroit des étudiants et stagiaires en Chine et l'encourage a plus développer sa stratégie visant à faire connaitre la culture Béninoise en Chine. Grâce à la FAMES, j'ai connu de nombreux compatriotes talentueux, motivés et qui ont la même vision que moi. Je projette travailler avec eux sur d'autres projets. MERCI POUR TOUT

Fait en Chine, le 17 Novembre 2017,
Pour la rédaction,
Ulrich Kpanou